Black Bass Summer Acte #1: Le Gers

  • fabrice bronsart

Il y a près de 30 ans que je traque le sandre et je m’obstine à le chercher même le temps des vacances. Mais, voilà, l’été rend la pêche du sandre compliquée premièrement parce que le soleil n’est pas son truc et secundo, pêcher un sandre l’été c’est toujours risquer qu’il ne reparte pas malgré toutes les excuses derrière lesquelles on peut parfois se cacher.

Et puis en fonction des années, il y a des hauts et des bas. En 2016 j’écrivais un article sur le Lac de Corbara en Italie et ses nombreux sandres et perches( http://www.pecheurs-carnassiers.com/le-lac-de-corbara-Italie ). En 2017, pensant avoir trouvé l’Eldorado, je repartais au même endroit pour faire tremper ma ligne… Le premier jour, 1 touche, puis le désert pour le reste du séjour. L’année dernière, l’Espagne m’a rendu le même tableau sur des postes que je connais par cœur.

Tout doucement, l’idée de me diriger vers d’autres espèces, et plus particulièrement le « black Bass »., a commencé à germer.

Première rencontre

Je connais mal le black, notre première rencontre a eu lieu en 2007 à l’occasion du Championnat du monde sur le barrage de Caspe. À cette époque, un black de 3,600 kg était venu se prendre à mon leurre, nous permettant à Vincent Crisafi et à moi-même de décrocher une fort honorable 7éme place, pour les deux pêcheurs d’achigan inexpérimentés que nous étions.

La chance fut indéniablement notre meilleure alliée. La chute brutale des températures et le gros temps avaient rendu les « bassers » des circuits pros et semi- pro un peu maussades. Heureusement pour nous, la pêche sous la pluie et dans le froid faisait (et fait toujours) partie de notre quotidien.

Et il eut (et il y a toujours) l’excellent Adrien Bernard dont les qualités de « basser » (et de « piker ») ne sont plus à prouver. Tout au long de cette compétition, il avait joué le coach à distance. La stratégie qu’il avait définie était de localiser une grosse femelle. Ce que nous avons fini par trouver et qui nous a même permis d’accéder temporairement à la plus haute marche du podium. Puis, le black est retombé aux oubliettes jusque cette année en juillet, réveillé par l’article de Marco Vos dont, ce dernier, m’a fait l’honneur d’assurer la traduction en français ( https://www.hengelsportdekock.be/black-bass-en-espagne?fbclid=IwAR17LxwD.... )

Destination le Gers !

Carte d’identité

Région : Occitanie
Préfecture : Auch
Réseau hydrographique : 2800 cours d’eau recensés dont 86 cours d’eau naturels et 2 canaux, de longueurs supérieures à 10 km. Sans compter les nombreux lacs et étangs.

Notre camp de base

Le choix du camp de base se portera sur Condom (ça ne s’invente pas  ), petite ville du Gers rendue célèbre par le tournage du film « Le bonheur est dans le pré », et surtout idéalement située sur les berges de La Baïse ainsi qu’à seulement 5 minutes en voiture du lac de Bousquètara.

  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart

Enfin la pêche…

Après une rapide installation, le temps est enfin venu de sortir les cannes pour aller traquer le black-bass, direction le lac de Bousquètara !

La première semaine … « No trees, no black bass »

La première semaine, je ferai le tour du lac exploitant les pointes, un pont sous eau repéré sur google maps, les herbiers …. Après quelques jours, toujours pas de black-bass en vue. Quelques perchettes, un poisson-chat, un petit broc suiveur et quelques écrevisses seront bien venus animer mes sorties, mais pas de diables verts.

Presque le même bilan pour ce pêcheur français rencontré sur les bords du lac qui se décidera à mettre le float à l’eau et qui finira par faire un petit silure de 60 cm.

Il faut dire qu’il fait chaud, même très chaud. Le thermomètre enregistrera une pointe de température à 41°. Ce qui ne facilite pas les choses. Bien décidé à dénicher le black-bass, il est temps pour moi d’activer le réseau.

  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart

Faire appel à l’équipe

Le réseau fait partie à part entière de ma pêche et favorise la réussite de mes sorties. Ici, à presque 1000 kms de chez moi, il a fallu me creuser un peu les méninges. Mais quand on y regarde d’un peu plus près, où que vous soyez, il y a toujours un ami pour aider.

Tout d’abord, pour la technique, l’indispensable expertise d’Adrien Bernard (sponsor de lui-même), Johan Miroux (Team Gunki – Champion de France de Street fishing 2007) et Marco Vos (Team De Kock – voir son excellent article pour la pêche du black-bass sur le site de Hengelsport De Kock). Leurs conseils furent assez similaires. Au vu des fortes chaleurs de ce mois de juillet, chercher les frondaisons, les plantes, l’obstacle dans l’obstacle et pêcher finesse. Ça tombe bien les pêches finesses, moi, j’adore ça !

Pour les spots, Vincent Barbagallo (team illex) m’apportera une aide précieuse. À son tour, il active son réseau et m’en fait profiter. Vincent organise une rencontre avec l’équipe du magasin « Au Royaume de la pêche » à Agen qui connaît bien le bass et surtout son territoire de pêche. Philippe, le patron, m’explique que pour la pêche du black, il est utile de commencer à pêcher au plus près de soi en s’éloignant. Ce qui peut paraître évident, mais qui est un réflexe peu commun, ou oublié, pour le pêcheur de rivières de grands gabarits que je suis et qui doit aller chercher la banquette parfois à quelques dizaines de mètres de la berge. Ils me donneront même quelques-uns de leurs spots personnels que je n’exploiterai pas par conviction… C’est comme ça  je ne pêche les spots des autres qu’en leur compagnie.

La deuxième semaine

Comme l’avait prédit Adrien, les orages en fin de première semaine de juillet vont changer la donne. Je décide d’attaquer les berges de la Baïse, bien fournies en frondaisons de tous types. Je me faufile discrètement entre les arbres, et comme me l’a conseillé l’équipe du « Royaume de la pêche », je laisse descendre mon leurre au ras de la berge, moulinet ouvert.
Le leurre descend lentement et à peine arrivé sur le fond, je vois ma ligne se tendre et dévier de sa trajectoire initiale. Tête de canne en bas, je ferme délicatement mon pick-up, je récupère l’excédent de tresse et après un ferrage puissant c’est bingo ! Le premier black est pendu. Après quelques chandelles et pirouettes acrobatiques, il sera épuisé avec toutes les précautions possibles pour un retour sans accrocs dans son milieu naturel.

En quatre avant-midi, plus de 40 black-bass seront mis au sec, agrémentés de quelques perches et même d’un sandre (je n’ai pas pu m’en empêcher). La mise à l’eau de mon float me permettra de trouver quelques jolis spécimens qui dépasseront de quelque peu les 40 cm.

  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart

En ce qui concerne les leurres, le Senko de Gary Yamamoto aura la meilleure mention de cette session, suivi du Fat Ika.

Toutes les bonnes choses ont une fin

À peine le bon pattern trouvé, qu’il a déjà fallu se préparer à rentrer et quitter les paysages enchanteurs de cette merveilleuse région qu’est le Gers. Mais la rencontre avec le black-bass et la piqûre qu’elle m’a infligée furent si violentes que déjà naissait dans mon esprit l’idée de repartir pour soigner mon addiction dans un deuxième acte de « black bass summer ».

  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart

J’espère que cet article vous aura plu et déclenchera l’envie de quelques-uns de se frotter à ce magnifique partenaire de jeu qu’est le black-bass !

À bientôt, pour le deuxième acte de « Black bass summer »

Fabrice, Team De Kock #Rooster_Clan

Liens utiles
Pour les infos générales
http://www.gers-peche.fr

Pour le permis de pêche, plusieurs options : À l’année, hebdomadaire, à la journée …. Pensez à prendre votre permis avant de partir !
https://www.cartedepeche.fr

Pour le matériel de pêche sur place et les conseils :
« Au royaume de la pêche »
6351 Avenue Dr Jean Nogues, 47550 Boé, France
Téléphone : +33 5 53 68 25 00
https://www.materiel-peche.net

Pour les mises à l’eau bateau :
• Port de plaisance de Condom (attention interdiction de faire du float dans le port de plaisance de Condom !!!)
3 avenue d'Aquitaine
Téléphone : +33 5 62 28 46 46
• Une mise à l’eau gratuite à Valence-sur-Baïse pour bateaux et float tubes

Le camping municipal au bord de la Baïse avec accès à la piscine en plein air :
https://campingdecondom.jimdo.com/nos-tarifs/

Généralités :
Office du tourisme de Condom
5 Place Saint-Pierre, 32100 Condom
Téléphone : +33 5 62 28 00 80
http://www.tourisme-condom.com

  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
  • fabrice bronsart
Heb je nog een vraag over dit artikel?
Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.